La folie des grandes herbes

Comme de nombreux Plaisirois, nous faisons chaque jour le constat que nos quartiers sont désespérément laissés à l’abandon. Lors des réunions de quartier du printemps dernier, le sujet –devenu récurrent - des hautes herbes envahissant les trottoirs et espaces verts a été abordé.


Cependant, les élus de la majorité, Mme le Maire et son premier adjoint en tête, ne semblent que peu concernés par cette problématique. Au mieux la question est tournée en dérision, et les habitants se voient contraints d’admettre que « ce n’est pas si grave », au pire on leur conseille de régler le problème eux-mêmes en procédant au nettoyage et à la réfection des trottoirs. Si l’entretien des rues privées est à la charge de leur propriétaire, rappelons que l’entretien des voies publiques est bien à la charge de la collectivité, comme celui des parcs et autres espaces verts publics. Comme vous pouvez le constater sur le site de la ville, aucun arrêté en la matière ne précise ce qui pourrait être à la charge des habitants. Seul un arrêté de 2003 donne des précisions sur l’entretien en période hivernale pour la neige et le verglas mais rien sur les mauvaises herbes.


A lire la communication municipale, on pourrait penser que la politique « zéro pesticide » ne vise qu’à veiller au bien-être et à la santé des Plaisirois. On peut bien prétendre que cela contribue à faire des économies mais le mot est particulièrement mal choisi quand le service n’est plus le même.

Une nouvelle fois, nous ne pouvons que déplorer qu’une approche intégriste ait été privilégiée, au détriment d’une vision raisonnée. Dans de nombreuses autres collectivités, des plans de désherbage prenant en compte les spécificités des quartiers et des espaces à traiter sont mis en place, en adaptant les méthodes et la fréquence des traitements. Mais il est plus facile de réduire l’entretien et de faire des choix simplistes qui n’aboutissent qu’à des réponses partielles et insatisfaisantes.


Nous ne demandons pas que la ville ressemble à un jardin à la française mais simplement qu’elle donne une image soignée, avec une nature présente mais un minimum maîtrisée. Sinon il ne reste plus qu’à ranger les trophées et retirer les panneaux de ville fleurie...


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square